Le Numérique et l'Education

Le Numérique et l'Education

TBI : mode d’emploi

Le tableau électronique est composé d'un écran tactile, sur lequel sont projetées des séquences via un vidéoprojecteur, piloté par un ordinateur. Grâce à un logiciel installé sur la machine, le système prévoit la prise en main sur le grand écran, à l'aide d'un stylet ou des doigts. 

Les enseignants peuvent ainsi afficher, modifier, animer et enregistrer du texte ou des images visibles par l'ensemble de la classe. Les élèves, eux, peuvent écrire, dessiner, surligner, directement sur le grand écran

Testé en primaire, et parfois en maternelle, jusqu'en terminale, le TBI remporte déjà plusieurs succès : gain de temps dans la préparation des cours, économie sur les impressions et, surtout, un moyen de capter l'attention de toute la classe, comme l'explique cet enseignant de CLIS (1) : “Les enfants ont moins peur d'aller au tableau et redoutent moins l'échec. Ils deviennent acteurs du cours à mes côtés et il y a un vrai travail de groupe qui se crée. Pour moi, c'est l'avenir ” 
(1) Classe d'intégration scolaire.

L’école du futur

En 2009, 27 000 TBI (18 600 dans le secondaire et 8 400 dans le primaire) étaient en service en France et 50 000 de plus étaient prévus pour 2010. Un budget conséquent, sachant qu'un équipement complet coûte entre 1 500 et 5 000 euros, financé en grande partie par la commune ou les collectivités, le reste l'étant par le ministère. De quoi, pourtant, accentuer les inégalités entre zones urbaines et rurales. 

Malgré les critiques, le ministère mise beaucoup sur la généralisation des TICE(technologies de l'information et de la communication dans l'enseignement). Et, jusqu'à maintenant, les témoignages sont encourageants : “L'apport est immense dans les disciplines nécessitant des images comme la géographie, avec la cartographie. En un clic, on fait le tour de la Terre !”, se réjouit ce directeur d'école, nouvellement converti (2). 

Pour ce professeur des écoles, “les enfants comprennent l'utilisation tout de suite […] C'est une nouvelle génération parfaitement numérique” (2). Feu vert donc du côté des élèves pour l'outil TBI, qui améliorerait les performances ! Associé aux classes mobiles, le TBI apparaît comme un levier idéal pour le ministère qui a peut-être trouvé, dans le numérique, un moyen de combattre les récents chiffres catastrophiques de la réussite scolaire.
(2) Source : Numerikids.com